Promenons-nous dans les bois

Il y a dix ans, à quelques mois près, la direction lançait son douloureux plan de restructuration de l’établissement. La relecture des comptes-rendus des instances de l’époque est fort instructive. Non seulement la direction a mené son plan à terme en composant avec quelques foyers de résistance et quelques adaptations conjoncturelles (le télétravail par exemple) mais elle est allée encore plus loin qu’elle ne le laissait entendre (en saisissant des opportunités ?). Ainsi, en 2008, nos camarades rapportent les propos du PDG de l’époque : (...) au bout de 10 ans, l’échelon départemental sera remplacé par un réseau cible dont la densité est de l’ordre de la moitié de celui existant ». Pour le PDG « Il faut que, pendant la période transitoire, les CDM se préparent à cette évolution : non remplacement des personnels non nécessaire, pour gérer la « transition »
Chacun peut constater que la cible à dix ans est largement dépassée, puisque, pour notre direction actuelle, le réseau cible est ramené à l’échelon régional ce qui donne un nombre d’implantations bien inférieur à ce qu’on nous promettait. Quant à la transition, il suffit d’interroger les collègues victimes des fermetures pour comprendre ce qu’est la transition vue de la direction. Conséquence de ce gâchis : dégradation des conditions de travail et développement de situations de souffrance qui n’épargnent aucun service, ceux laissés en déshérence et, à l’inverse, ceux surchargés de travail. Mais la besogne n’est pas achevée, et il reste encore quelques fondations à attaquer pour faire écrouler l’édifice, du côté de l’aéro par exemple.
Comment s’étonner alors de la dégradation des relations sociales ou hiérarchiques ? Comment s’étonner de la confiance perdue quand la connaissance métier est déniée ? Quand les engagements ne sont pas tenus ? Quand on change les règles en cours de partie ? Le management n’est décidément pas un sport de gentle(wo)man.
Dans ce marasme, Solidaires-Météo regarde ce que font les camarades des autres syndicats ; c’est ainsi que nous avons échangé avec le SNUPFEN (Syndicat Solidaires de l’ONF).
Un camarade de ce syndicat nous a rapporté sa difficulté quotidienne à aller aux négociations avec une direction sourde et méprisante et de devoir rendre des comptes aux collègues. Suis-je légitime, suis-je en accord avec mes valeurs ? Ces questions, et bien d’autres, ont conduit l’ensemble des élus du personnel de l’ONF à démissionner de tous les mandats. Il faut vraiment pousser à bout les Organisations Syndicales pour démotiver à ce point des militants aguerris .
Cette démarche, (cette riposte ?) interroge, nous interroge, vraiment. L’an dernier, notre mobilisation s’est arrêtée juste avant, limitée aux boycotts, avec le résultat qu’on connaît.

Attention, il y a danger. La tentation est grande chez certains de contourner les syndicats et tous les moyens sont bons pour y arriver : on peut passer par les ordonnances, par la sanction ou la criminalisation, ou encore par le découragement des forces. Le résultat sera le même, rapidement douloureux du coté des salariés, mais dangereux pour les employeurs.

Dates des instances

CTEP
- 5 octobre 2017
CA
- 6 octobre 2017
CHSCT-EP
- 26 octobre 2017
CAP IPEF Mutation
- 14 novembre 2017
CAP ITM Mutation
- 23 novembre 2017
CA
- 24 novembre 2017
CAP TSM Mutation
- 30 novembre 2017
CAP IPEF Promotions 2018
- 5 décembre 2017
CTEP
- 19 décembre 2017
CAP ITM Promotions
- 14 décembre 2017
CAP TSM Promotions
- 21 décembre 2017