Accueil > Expressions > Expressions-Rapidos

Astreinte et pénibilité du travail de nuit : Solidaires-Météo dit "bonification horaire et indemnisation !"

lundi 29 mars 2021


Astreinte et pénibilité du travail de nuit
Solidaires-Météo dit : bonification horaire et indemnisation !

La direction souhaite boucler rapidement le dossier astreinte ouvert il y a quelques mois. Cet empressement est essentiellement lié à son projet de mise en place des divisions services et de l’astreinte prévue sur le poste météo conseil.

La nouveauté pour les agent·e·s est, bien sûr, l’apparition en organisation standard d’une astreinte sur prévision météo qui existe, pour le moment, principalement en Outre-Mer (DIROI) pour la veille cyclonique ou pour le point focal nivologie. Néanmoins, les discussions sont menées dans le cadre général de l’astreinte à MF.

Solidaires-Météo reste fondamentalement opposé au recours à l’astreinte, quand elle est utilisée comme mode d’organisation du travail qui impose aux personnels des contraintes d’adaptation aux situations météorologiques.

On ne peut pas ajouter de la contrainte à la pénibilité du service posté. Solidaires-Météo admet exclusivement l’astreinte dans le cadre d’interventions très ponctuelles, et sérieusement compensées (prioritairement en repos).

De quoi parle-t-on en matière d’astreinte sur les postes en service posté ?

L’objectif affiché par la direction est de limiter la dégradation du service rendu, dans le cadre du contrat passé entre le PDG Lacave et la tutelle de l’établissement : suppression de postes, dont de nombreux postes permanents (car c’est le plus « rentable » en termes de restitution d’ETP).

L’astreinte sort donc du chapeau pour permettre à l’établissement d’assurer ses missions malgré la baisse des effectifs.

Voilà où nous en sommes à quelques semaines de la validation prévue : une astreinte sur du service posté et des conséquences que les agents découvrent (devinent) au fil des annonces.

  • Une astreinte de nuit sans intervention sera comptabilisée 2 heures. Ces misérables 2 heures contribueront très faiblement à l’accomplissement des obligations hebdomadaires.
  • La direction trouve par ailleurs « naturelle » la veille active des agent·e·s, c’est à dire le temps consacré à la veille météo un jour de repos, en amont d’une d’astreinte : cette veille active serait également comptabilisée 2 heures.
  • Au passage, dixit la direction, l’astreinte devrait s’accompagner d’assignation en cas de grève.
    Il faudra donc autant de vacations « en dur » qu’aujourd’hui pour maintenir son bilan, et sans doute plus de vacations en horaires de bureau.Tout cela aura assurément des conséquences sur la vie personnelle, sachant que le rythme P ou SP s’accompagne déjà de contraintes de week-end et de prises de congés.
  • Pour faire passer la pilule, la direction générale annonce une compensation « indemnitaire » de nuit totalement inégalitaire : 1000 euros pour plus de 5 nuits/an, 300 sinon.
  • Toutes les promesses et organisations proposées souffrent d’un défaut majeur : les textes de référence sont, soit inexistants, soit introuvables (y compris par la direction), soit non validés par les autorités supra (contrôleur financier, tutelles…)

Pour Solidaires-Météo, le dossier de l’astreinte à Météo-France est loin d’être abouti et nous refuserons qu’il soit validé en l’état dans une instance conclusive. Solidaires-Météo reste opposé à l’astreinte, et revendique qu’elle soit limitée au maximum et réservée aux interventions d’urgence.

  • L’astreinte ne peut pas être utilisée pour remplacer une activité régulière ! Or, c’est bien ce qui est envisagé sur le poste de Météo Conseil.
  • Les personnels ne doivent pas subir la triple contrainte des horaires postés (cadrages, voire limitations des congés, nombreux WE et jours fériés passés au travail), du travail de nuit et en plus de l’astreinte !
  • Les personnels ne doivent pas être placés plus souvent qu’aujourd’hui sous la subordination de l’employeur ; or, veille active et astreinte, y compris non activée, vont allonger ces périodes à disposition de l’établissement.
  • Il semble évident, avant même sa mise en œuvre, que l’organisation va générer des problèmes de tableaux de service sans fin...

Solidaires-Météo s’est toujours refusé à échanger de la pénibilité contre une compensation financière, et notre position n’a pas changé.

Les indemnités ne réparent pas les atteintes à la santé des agent·e·s. Nous demandons donc que les personnels bénéficient de revalorisation des bonifications horaires acquises et du repos compensateur qui doit rester la principale compensation à toute pénibilité.

Solidaires-Météo continuera à participer au GT astreinte (et heures de nuit) pour défendre ses revendications, mais nous ne validerons aucune des propositions actuellement sur la table des discussions.

Nous vérifierons aussi la légalité de cette astreinte dès que les textes seront publiés.

Enfin, nous incitons fortement les collègues à la plus grande prudence : postuler sur un poste MC en construction, et dont les compensations de pénibilités sont encore en chantier, c’est signer un chèque en blanc.
Nous savons par expérience que la direction ne tient pas toujours ses promesses.
Nous savons aussi qu’elle saura vous rappeler votre engagement.


Pour télécharger cet article au format pdf : Enregistrer au format PDF - Partager : FB TW