Accueil > Expressions > Expressions-Rapidos

De l’art de désorganiser pour se réorganiser avant la prochaine réorganisation

jeudi 7 avril 2016

De l’art de désorganiser pour se réorganiser avant la prochaine réorganisation

Au fil des réductions de personnels depuis 2007 (baisse de 15 %), nombre de centres et services (pour ceux qui n’ont pas fermé) ont vu leurs effectifs descendre, jusqu’à atteindre, pour certains d’entre eux, un niveau plus que critique… Et ces deux dernières années, la machine s’est emballée avec un recrutement « peau de chagrin » - voire nul pour les TSE, d’où peu ou pas de sorties d’école, et des départs à la retraite qui commencent à s’intensifier (conséquence d’une pyramide des âges qui a la tête en bas), avec comme conséquence la multiplication un peu partout des postes vacants.

Alors qu’en CAP on ne fait plus que gérer ces trous (au risque, comme le dit l’adage, de déshabiller Paul pour rhabiller Jacques), sur le terrain on se retrouve devant des impossibilités de fonctionner correctement.

Soit les collègues se résignent à fonctionner en sous-effectif, faisant monter leurs charges de travail ou leurs bilans, ainsi que leurs Compte Epargne Temps (faute de pouvoir prendre tous leurs congés), soit sur suggestion des directions ou même à l’initiative des agents toujours très consciencieux, l’organisation est « adaptée », le but étant au final que toutes les tâches soient réalisées, souvent sans se soucier de la perte de qualité et de sens du travail :
- ici on fusionne les vacations une partie de l’année (prévi conseil ou prévi amont), là on mutualise entre plusieurs régions, pôles ou directions (Pôle Régionaux de Relation Clients, services administratifs, maintenances régionales),
- ici on fait monter un arrière-guichet sur volontariat (chefs prévi régionaux ou prévis conseil), là on suggère aux prévis amont de remplacer les prévis conseil...

Et on entend parler de toute sorte de projets ou d’idées pour un futur proche :
- ici mettre tous les prévis conseil d’une région dans le même panier, ou chacun pourrait reprendre à la volée une partie des tâches de l’autre au gré des départs futurs, là fusionner les cellules exploitation et administration système des services informatiques faute d’effectif suffisant,
- ici regrouper définitivement des vacations de prévi conseil, là évoquer l’astreinte sans même compensation…

[(Tout ceci est mis en oeuvre alors même que le futur Contrat d’Objectifs et Performances (et ses soi-disant solutions d’efficience) n’est pas encore écrit, et donc normalement encore moins appliqué ; et cela repose toujours sur la bonne volonté des agents, au risque de se mettre en porte-à-faux et de sortir parfois de la légalité, et également ensuite de le vivre mal.


- Solidaires-Météo dénonce ces méthodes où les agents sont en quelque sorte « pris en otage » pour continuer à faire leur travail

- Solidaires-Météo exige de réels moyens pour que chacun à Météo-France puisse travailler dans de bonnes conditions et en gardant du sens à son métier

- Solidaires-Météo exige un réel plan de développement de l’Etablissement avec des missions clairement définies, et une organisation réfléchie par rapport aux métiers et à la qualité du service rendu.
)]


Pour télécharger cet article au format pdf : Enregistrer au format PDF - Partager : FB TW