Accueil > Thématiques > RPS, pénibilité.

Malaise à la DSO

samedi 21 septembre 2013

Cette réunion du 11 septembre 2013 était organisée par la DRH pour faire suite à la réunion du 16 juillet 2013 concernant "la situation de malaise à la DSO", point soulevé en CHSCT-EP du 5 juillet 2013.

Plusieurs semaines après le point soulevé lors du CHSCT-EP, la direction n’a pas souhaité faire analyser le signalement de malaise à la DSO par un expert extérieur.
Néanmoins, suite à son enquête et la réunion précédente, en préalable de cette deuxième réunion, la direction admet la présence de situations de souffrance à la DSO, qui ont été relayées par les OS et pour partie constatées par le service médico-social et la psychologue du travail, directement sollicitées par des agents.

Aussi, la DRH acte le constat suivant : des situations de souffrance existent dans différents services de la DSO.
Les causes de cette souffrance ont pour origine :

- La délocalisation de Trappes vers Toulouse ainsi que le fonctionnement en bi-pôle,
- Un turn-over important avec de nombreux départs et d’arrivées. Ce turn-over est plus important que dans les autres services : 15 % en un an entre automne 2012 et automne 2013.
- Une perte de compétence liée au turn-over, anxiogène pour les agents dans les services qui ont peur de ne pas réussir à faire face à leurs obligations professionnelles,
- Des problématiques personnelles et particulières nombreuses, aggravant la surcharge de travail sur les collègues,
- Un nouveau projet de réorganisation en cours, annoncé en tout début d’été 2013 avec un calendrier resserré.

Compte tenu du constat, le projet de réorganisation et les conditions de réalisation prévues semblent potentiellement générateurs de RPS, par déficit de communication et par la rapidité des changements dans certains services.
Nous avons au passage signalé que le turn-over pouvait aussi être analysé comme un symptôme d’un certain sentiment de mal-être dans certains services !

DSO/D a exposé les raisons techniques justifiant ce besoin de réorganisation ainsi que le calendrier. S’il est souhaitable que la DSO anticipe les nouvelles évolutions technologiques et restructure ses activités en conséquence, il nous semble urgent qu’un effort de communication soit rapidement déployé , dans la concertation et au plus près des services et des besoins réels.
(Une des contraintes de calendrier avancé avec un report de cette concertation des agents est le fait que DSO a du faire face à la perte de tous ces services support en 2013).

Lors de la réunion du 16 juillet, madame la DRH découvrait ce projet de réorganisation en cours à la DSO et se félicitait de l’autonomie des services. On peut donc y voir au contraire un manque de coordination des différentes réorganisations au niveau national qui impactent les méthodes de travail et qui en se recoupant et se cumulant ne permettent pas un accompagnement et une concertation suffisante des agents.
Cette gestion comptable et technique souffre d’un manque d’analyse des impacts humains dans ces changements. Le rapport Technologia avait bien mentionné ce manque de prise en compte de l’aspect humain, pouvant potentiellement contribuer aux RPS dans l’établissement.

Au final, on peut estimer que le fait de pointer le malaise à la DSO a fait prendre conscience des impacts humains de la réorganisation. Pour améliorer la situation, la DRH :
- demande à DSO/D de ralentir le calendrier de réorganisation de la DSO et d’entamer une large concertation au sein des équipes.
- va demander que les unités les plus en difficulté fassent l’objet de propositions spécifiques.
- rassure les représentants du personnel sur la pérennité du service Radar à Trappes
- informe sur le renforcement de certaines équipes sur des ouvertures de poste sans apport extérieur fin 2013 et d’une CAP dédiée en février-mars 2014.
- propose la mise en place de tutorats. Nous soulignons que dans ce cas il est nécessaire de s’assurer de « leur réalité » et demandons qu’il fasse l’objet d’un bilan annuel.
- propose avec la psychologue du travail de MF et le médico-social la mise en place de réunions « médico-psychosociales » dédiées à la DSO pour aider à trouver des solutions adaptées à chaque cas particulier.

Nous obtenons sans peine qu’une présentation non nominative des problèmes soit faite lors des prochains CHSCT-SS de la Météopole.

- va communiquer une feuille de route listant les nouvelles étapes et échéances. Une « fiche réorganisation » de la DSO est promise pour début novembre. Elle fera l’objet d’une communication.
- A notre demande formelle, il est acté qu’un CT/DSO spécial sera organisé, et qu’il sera suivi d’un CHSCT.

Pour ce qui est des impacts opérationnels, l’analyse n’a pas avancé : la direction de la DSO, présente lors de la réunion, minimisant ou réfutant toutes les prises de positions sur les dysfonctionnements. Par ailleurs, faute de temps, la DRH avoue n’avoir pas travaillé la question de la maitrise du transfert de compétence. Elle se dit néanmoins intéressée pour réaliser cette analyse, pour laquelle la méthode est encore un mystère…

Les représentants en CHSCT-EP au titre de Solidaires-Météo prennent acte de la prise de conscience par la direction de la réalité de ce malaise à la DSO, et sur la nécessité d’apporter des réponses au plus vite, des solutions pour les cas les plus urgents (en particulier ceux évoqués par le médicosocial), sous forme d’actions curatives).

Le volet préventif, et la volonté de réduire les raisons organisationnelles pouvant conduire aux RPS, est absent. Pour exemple, le bilan de la délocalisation Trappes vers Toulouse n’a pas encore été présenté en CT-SS. Il n’y a pas non plus de bilan de la récente réorganisation de DSO/DOS. La capitalisation des expériences passées pour améliorer les réorganisations ne peut donc pas se faire.

Par ailleurs, concernant la méthode de travail sur la prise en compte de la souffrance à la DSO, les réunions sans connaissance préalable des participants et des documents de travail trouvent leurs limites. Même au titre de la représentation du personnel, il n’est pas possible de se positionner sur des sujets à la fois globaux touchant à l’organisation et sur les situations particulières.

On souhaite à l’avenir un traitement cadré par les instances de toutes ces questions.


Pour télécharger cet article au format pdf : Enregistrer au format PDF - Partager : FB TW