Accueil > Sections locales > Toulouse > CTSS CHS DT DSO DSI

Compte rendu du CTSS DSI-DSO du 15 octobre 2018

mercredi 7 novembre 2018

Participaient pour Solidaires Météo : Marie Yardin, Gilles Gély

Suivi des actions précédentes

Pas d’action en cours

Etat des lieux des postes actuellement vacants à la DSI et à la DSO

(NDLR avant CAP automne)

Le service DSO/CMR/IMI connaît particulièrement des difficultés d’effectifs liées à plusieurs éléments : un poste non pourvu, des problèmes de santé pour certains agents, un départ en retraite prochain, … Le manque d’attractivité du poste à Trappes, les conditions dans lesquelles les missions sont réalisées (des missions à la semaine, plusieurs fois dans l’année, avec souvent un dépassement des frais remboursés) n’incitent pas les collègues à postuler. Par ailleurs, cette équipe travaille sur des matériels très spécifiques et d’une haute technicité ce qui nécessite une prise de poste longue avec parfois un an de formation.
DSO/D reconnaît que la situation pour le service est critique avec un sous-effectif chronique et un manque de candidats aux postes ouverts en CAP. Plusieurs pistes sont étudiées pour palier au poste vacant (BIEP, emploi réservé) mais pour les personnels, des solutions pour rendre les postes de CMR/IMI plus attractifs doivent être envisagées (revalorisation des frais de mission, compensations horaires, ...).

Poste IT de DSO/CMR/ERF/AD ouvert DSO/CMR/ERF : situation historique qui demande à être régularisée. Pas de vote en séance puisque les nouvelles fiches de poste ne nous ont pas été fournis. DSO/D propose d’envoyer les fiches de poste et d’effectuer le vote par mail.

A la DSI, le nombre de postes non pourvus et le manque de candidats est aussi important. Selon la direction, une des raisons principales de cette désaffection est la disparition des primes informatiques avec la mise en place du RIFSEEP. Pour « attirer » plus de candidats, les postes sont la plupart du temps ouverts en recouvrement aux TSM - ITM. DSI/D nous indique que dans ces cas, les fiches de poste n’ont pas lieu d’être modifiées, elles correspondent déjà à un descriptif de poste ITM.

Les représentants du personnel constatent qu’il est difficile d’obtenir de la direction un état des lieux précis, que faute de candidats, il est fait de plus en plus appel à des recrutements extérieurs (BIEP, contractuels …).
Des périodes, parfois assez longues, avec des postes non pourvus sont génératrices de surcharge de travail dans les équipes.
Dans la gestion des effectifs, la direction ne parle plus de TROED mais d’une adaptation qui permettra d’atteindre un objectif cible pour 2022, tout est dit ...

Eligibilité au travail à distance pour les postes à la DSI et à la DSO

Ce système a été mis en place par la DG pour éviter aux agents, dont le centre est voué à fermer, de bouger. Les OS demandent des précisions auprès des directions pour savoir si toutes les conditions ont été étudiées pour valider l’éligibilité d’un poste au travail à distance : faisabilité des tâches à distance, évaluation du service d’accueil pour travailler avec un collègue à distance.

DSI/D et DSO/D rappellent que les chefs de département doivent justifier de la non éligibilité d’un poste au travail à distance. Les OS regrettent que les 2 directions ne se soient pas appuyées sur le CTSGS DSI-DSO pour valider ou non l’éligibilité d’un poste.
Les postes à responsabilité (chef de service), certains postes nécessitant une présence continue (avec des tests en laboratoire), des fonctions informatiques posant des problèmes de SSI ne peuvent pas être éligibles. Solidaires-Météo souhaite que des moyens budgétaires (frais de mission, formation) et humains (encadrants) soient garantis pour que l’agent souhaitant travailler à distance le fasse dans les meilleures conditions possibles.
DSO/D précise que le poste DOS/capteur proposé à la dernière CAP IT, n’est au final pas éligible à distance. Il sera proposé aux IT pro.

Projets de réorganisation dans le cadre de AP 2022

DSO :
le discours de DSO/D reste fidèle à ce qui est décrit dans le document d’organisation cible par famille métier. Les pôles de maintenance locaux seront renforcés avec des techniciens spécialité instrument dont les compétences seront portées au-delà de la maintenance. En effet, avec la disparition des DIROBS, mis en place en 2012, les techniciens de maintenance, placés sous la responsabilité d’un ingénieur de zone, devront aussi faire de la gestion de réseau. Les zones, au nombre de 6, s’appuieront sur plusieurs pôles de maintenance. Une formation est prévue pour les techniciens afin qu’ils acquièrent des connaissances sur la gestion de réseau.
La direction centrale va être armée de 3 nouveaux IT suite à la disparition des DIROBS (14 IT + 14 techniciens)
Des inquiétudes portent sur la continuité de service s’il n’y a qu’un seul IT pour gérer 1 zone (soit entre 3 et 6 pôles MIR). Et qu’en est-il de la quantité de travail pour les agents en pôle MIR ainsi que de la polyvalence qu’ils devront acquérir d’ici 2022 ?
Par ailleurs, 3 postes d’IT + 6 en « régions » semblent un peu maigre pour remplacer 1es 14 ingénieurs des DIROBS.

DSI :
Les représentants Solidaires font remarquer que le chantier n°4 sur les développements se met en place alors que les conclusions de ce chantier ne nous ont jamais été communiquées. Réponse de la direction : "les principes sont actés et la dispersion actuelle des ressources de développement n’est pas satisfaisante."
Nous dénonçons également le manque de communication et de concertation au sein même de la DSI ; des agents de la DSI (et même leur hiérarchie directe) ont été informés de leur transfert par la publication des documents de la DG sur « l’organisation cible par famille de métier », alors que dans ce même document, il est noté « vous mettrez l’accent sur les concertations avec les agents ... »
DSI/D nous dresse un bilan du transfert de DSM/SP à DSI/DEV. Parmi les points positifs, une économie de personnes, une reprise et centralisation des développements (COMDEV). Les points négatifs concernent la difficulté de trouver des locaux, une surcharge managériale plus importante pour les chefs.
Les prochains transferts vers DSI/DEV concerneront DCSC (10 agents), DirOP, et des postes spécialistes en développement des régions.
DSI/D nous informe que la mise en place du CSP « assistance applicative » induira une augmentation significative des effectifs de DSI/BSA, une CAP est prévue en 2019.
En revanche, la charge de travail du pupitrage (DSI/SPV) va augmenter avec la reprise d’une partie des tâches du pupitrage de Lannion et des régions ainsi que les activités de PG/MOP. Pour DSI/D, cela n’engendrera pas un surplus important de travail mais la mise à jour des consignes de Lannion demandera un effort particulier au début. A Lannion, les postes maintenus assureront un pupitrage en horaire de bureau.


Pour télécharger cet article au format pdf : Enregistrer au format PDF - Partager : FB TW