Accueil > Expressions > Expressions-Rapidos

Liste d’aptitude : catalogue d’inquiétudes

mercredi 17 novembre 2021

Le 26 octobre 2021, les élu·es en CAP TSM et ITM des Organisations Syndicales (OS) ont reçu des informations sur la campagne de promotion dans le corps des ITM par la liste d’aptitude (LA).

Nous le répétons une fois de plus : à ce mode de promotion par la liste d’aptitude, Solidaires-Météo préfère la voie de l’examen professionnel (IT Pro). Malgré son imperfection, ce concours, déguisé en examen professionnel est davantage gage d’impartialité et d’objectivité que la liste d’aptitude, surtout depuis les améliorations relatives à la composition et au fonctionnement des jurys (demandées et obtenues par Solidaires-Météo), et même s’il reste du chemin à parcourir pour se rapprocher des recommandations DGAFP.

Trois organisations syndicales de Météo-France sur quatre ne souhaitaient donc pas la mise en oeuvre de cette liste d’aptitude. D’autant plus que le nombre de nominé·es sur cette liste arbitraire, une définition plus adéquate pour la LA, limite le nombre d’IT pro !

En effet, le nombre d’agent·es promu·es par liste d’aptitude additionné au nombre de lauréat·es IT pro doivent représenter au maximum un tiers de tous les recrutements annuels d’ITM (externes + internes)(1). Précédemment, ce taux correspondait aux seuls promus IT-Pro. Au final, la promotion via la liste d’aptitude n’augmente pas le nombre total de promotions, et elle réduit l’objectivité de ces promotions (puisque la LA est le seul choix de l’Administration).

Mieux ou plutôt pire, on ne se déclare pas candidat·e à la liste d’aptitude. On est choisi·e par un comité (sans doute) infaillible de directeurs et directrices. Mais, pour justifier cette sélection inique, on y met un vernis de critères simili-objectifs :

  • 8 ans dans le grade de Chef Technicien est un critère d’éligibilité, et ça s’arrête là. L’ancienneté n’est donc pas un critère retenu, alors même qu’elle aurait été acceptable et bien perçue pour de nombreux·ses collègues ;
  • les candidat·es devront être “chevronné·es”. Pas trop jeunes (pas moins de 45 ans), mais pas non plus trop près de la quille (60 ans max), à moins de le justifier... Cela exige alors un travail supplémentaire, non pas du potentiel promouvable, mais de sa “marraine” ou de son “parrain” ;
  • limitation pour les directeur·trice·s du nombre des candidat·e·s proposé·e·s. Une simulation théorique, sur la base des documents fournis par la DRH, donne de drôles d’interprétations :
    • dans une direction de 49 promouvables (ou moins), le directeur ou la directrice pourra en proposer jusqu’à 3 en LA, soit au minimum 6% de son “vivier” ;
    • si le réservoir s’élève à 50, deux agent·es seulement sont promouvables ;
    • à partir de 84 agent·es, trois agent·es sont proposables. Mais ils et elles représentent moins de 3% ;
    • dans une direction comptant 100 agent·es promouvables, seul·es 3 pourront être proposé·es ;
    • selon ces règles, il est donc préférable d’appartenir à une petite direction pour être choisi. Mais comment peut-on le justifier ? Rappelons qu’en 2021 il y aura au plus 9 promotions par LA pour tout Météo-France...
  • la notion de parité Femmes/Hommes est absente de la circulaire et ne semble donc pas prise en compte ;
    • la parité se fera-t-elle sur la base du ratio femmes / hommes de la liste des promouvables ? Ou du ration des agent·es de l’Etablissement dans leur globalité ? On ne le sait pas. Et cela laisse songeur quand on lit que la parité pourra s’établir à l’équilibre sur plusieurs années…
  • une parité TSE / TSI sera t-elle prise en compte ? Ce n’est pas évoqué non plus ;
  • y aura-t-il une discrimination de fait selon le poste occupé ? Possiblement, et pourtant la LA est une promotion d’agent·e·s et non de poste.

Nous listons ici des interrogations et des inquiétudes, mais nous ne conseillerons en aucun cas la Direction sur cette LA que nous jugeons génératrice de nouvelles incompréhensions, de frustrations voire de nouvelles sources de mal-être.

Comme d’autres organisations syndicales, Solidaires-Météo demande depuis des années l’intégration de tous les TSM dans un corps de catégorie A, une revalorisation qui permettrait enfin de reconnaître et valoriser l’évolution des tâches et compétences des TSE et TSI.

Au lieu de soutenir cette revendications des OS, qu’elle en vient même à combattre en annonçant des recrutements de TSM qui ne seront plus vraiment des TSM, la PDG s’enferre dans sa culture du “mérite” “au choix”, préjudiciable aux intérêts de l’Etablissement et de ses agent·es.

La liste d’aptitude risque fort de s’avérer source de discorde et d’incompréhension, sans même permettre l’accroissement du nombre de promu·es. Elle a un bon potentiel toxique pour faire vomir la QVT dans la cuvette...

Pour Solidaires-Météo, la revendication centrale reste l’intégration de tous les TSM dans un corps de catégorie A.

(1) Ne perdons pas de vue que ces dernières années, un besoin conséquent de nouvelles et nouveaux ingénieurs pour remplacer les nombreux départs à la retraite a permis que ce tiers des recrutements réservé à l’IT Pro ne soit pas trop riquiqui...


Pour télécharger cet article au format pdf : Enregistrer au format PDF - Partager : FB TW