Accueil > Sections locales > Antilles-Guyane

Mois de Mai, mois de Mémoire en Guadeloupe

vendredi 26 mai 2017

Le mois de Mai en Guadeloupe a une forte résonance culturelle et mémorielle. En effet, autour de la date symbolique du 27 mai, se rappellent à nous des évènements dramatiques et douloureux.

Voici en un court triptyque, le rappel ô combien nécessaire de tragédies esclavagistes et (post-)coloniales :

1) 1802 : Cela fait 8 années que l’esclavage est aboli en Guadeloupe par décret (Révolution française) pour des raisons humanistes mais également pragmatiques (beaucoup d’esclaves deviennent soldats et affrontent les Anglais). Bonaparte , une fois au pouvoir décide de rétablir l’esclavage dans la colonie. S’en suivra une véritable guerre de résistance, dont les martyrs les plus connus sont la mulâtresse Solitude, Ignace et Delgrès . Ce dernier se fait exploser avec ses troupes à Matouba (Saint-Claude) le 28 mai 1802.

2) 1848 : La République triomphe à Paris. Victor Schoelcher , colonialiste convaincu mais anti-esclavagiste sincère, plaide avec succès pour l’abolition dans les colonies. Il n’aura toutefois pas gain de cause pour l’indemnisation des esclaves. Seuls les propriétaires toucheront une réparation tandis qu’une grande partie des nouveaux libres travailleront chez leurs anciens tortionnaires...
Le Gouvernement décrète l’abolition le 27 avril, elle deviendra effective en Guadeloupe le 27 mai 1848.

3) 1967 : Devenue département depuis une vingtaine d’années, la Guadeloupe n’en perçoit ses effets que de manière parcellaire. Dans un contexte mondial de décolonisation (Indochine et notamment Algérie) les Guadeloupéens perçoivent bien qu’ils sont Français, mais comme dirait Césaire " entièrement à part et non à part entière ". En mars 1967, un commerçant de Basse-Terre lâche son chien sur un cordonnier ambulant en déclamant goguenard "dis bonjour au nègre".
Le 26 mai, à Pointe-à-Pitre, les autorités répriment dans le sang une manifestation des ouvriers du bâtiment. Le lendemain, 27 mai d’autres scènes sanglantes se jouent lors de veillées ou cérémonies funéraires ! Combien d’exécutions sommaires ? Quel est le nombre des victimes de ce massacre d’État, un an avant les évènements de mai 68 ? Il semble impossible de pouvoir répondre à cette question un jour. Les bourreaux quant à eux n’ont jamais été inquiétés jusqu’à maintenant.

Lien :

https://www.solidaires.org/Massacres-de-mai-67-en-Guadeloupe-Marche-pour-la-verite-la-justice-et-les


Pour télécharger cet article au format pdf : Enregistrer au format PDF - Partager : FB TW