Accueil > Expressions > Editoriaux

Quand le travail en hauteur... rapporte gros !

jeudi 21 octobre 2021

La bonne nouvelle est venue de Capital.fr (cliquer ici pour lire l’article) : les cadres dirigeant.es des établissements publics se voient « justement » récompensés de leur engagement, voire de leur dévouement à la start-up nation, par des rétributions de ministres, mais aussi, pour certains et certaines, par des augmentations annuelles de ouf ! Comme le dit Capital.fr « Météo-France n’est pas en reste : l’élite de ses collaborateurs gagnait en moyenne 12.017 euros par mois en 2020, un chiffre en hausse de 3,74% par rapport à 2019. »

A trop lire Basta, Reporterre, Politis, nous pourrions passer à côté des bonnes nouvelles. La presse indépendante et engagée nous interpelle à longueur de publications sur le sort des migrants, des sans emploi, des conséquences du changement climatique, des risques du nucléaire et de l’agro-industrie, etc.

Mais, soyons fier.es de cette bonne nouvelle venue d’un média moins indépendant (euphémisme). Car la valorisation de nos chef.fes reflète notre mérite, et nous sommes très méritant·e·s.
Nous méritons une grande reconnaissance pour les réorganisations subies depuis des années, les requalifications (très) sélectives, les mobilités opaques, le point d’indice bloqué, le temps de travail qui augmente et l’exigence de productivité toujours plus grande, les carrières rallongées…

Nous mériterions aussi le généreux ruissellement tant vanté, mais il y a visiblement un problème de tuyauterie car rien ne coule au robinet...

Au contraire, depuis le milieu des années 80, nous assistons à une déconstruction méthodique des services publics et un accroissement factuel des inégalités. Et on nous rabâche systématiquement « nous sommes dans le même bateau » …

Non, nous ne sommes pas dans le même bateau ! Sauf si l’on considère que les hiérarques sont en 1ère classe (chambre avec vue) et l’immense majorité à fond de cale.
Les revenus de la majorité des agents de l’Etat, fonctionnaires ou non, stagnent ou même baissent (-1,8 % en 2018). Ils sont souvent inférieurs à 2000 euros nets par mois pour des métiers parfois préjudiciables à la santé de ces salariés.

Car il ne faut pas restreindre la réflexion à notre établissement : nous ne devons pas oublier tous les métiers qui ont été externalisés et précarisés (entretien, restauration, etc.), ni oublier les contractuel·le·s de la Fonction Publique toujours plus nombreux et dont la rémunération est nettement inférieure à celle des titulaires (en moyenne en 2019, 2111€ contre 2776€), une moyenne pourtant tirée vers le haut par les quelques contractuel·le·s du haut de l’échelle !

Les chiffres récents de l’INSEE pointent également les disparités salariales qui se creusent entre les salaires les plus bas et les plus hauts. En 2019, les salaires les plus faibles ont baissé alors que les plus élevés sont restés stables. Les 10 % des salaires les plus bas (dont 70 % concernent les femmes) ont ainsi touché au mieux 1 548 € net mensuels tandis que les 10 % les plus élevés ont perçu au moins 3 744 €. Quant aux 1 % les mieux payé·e·s, c’est notre « ami d’un jour » Capital.fr qui lève le voile sur leur salaire...

Notons encore, au registre des informations statistiques publiées par l’INSEE, que plus on monte dans l’échelle des salaires, plus les écarts de salaires homme-femme augmentent. Ainsi, sauf à contredire les statistiques, peut-être la PDG ne perçoit-elle pas le salaire le plus élevé de Météo-France ?

Mais, nous touchons ici à l’élite, la crème de la crème…. Ne nous affolons pas pour si peu : pour équilibrer ces quelques salaires stratosphériques, il suffit d’en maintenir un bon gros paquet concentré dans les basses couches !

Dans les EPA (Etablissement Public Administratif), les 10 salaires moyens les plus élevés sont de l’ordre de 10 à 12 voire 14 SMIC.

Lors de son congrès 2021, l’Union Syndicale Solidaires a inscrit dans son cahier revendicatif un écart de 1 à 5 entre les salaires plancher et les plus élevés.


Pour télécharger cet article au format pdf : Enregistrer au format PDF - Partager : FB TW