Accueil > Sections locales > Antilles-Guyane

Compte-rendu Solidaires-Météo de la réunion sur la Prévision en Guyane du 5 septembre 2022

mercredi 7 septembre 2022

Présents pour Solidaires-Météo : Emile Abauzit, José Chevalier, Camille Cordeau.

Direction : CM973/PREVI/D, CM973/D, DIRAG/DA, DIRAG/D, DGA (Directeur-Général Adjoint).

Le document préparatoire a été envoyé le jeudi 29 août, laissant comme souvent peu de temps pour l’analyse. Une pratique quasi-systématique tant au niveau Antilles-Guyane que dans l’Établissement dans son ensemble...

C’est avec de nombreux mois de retard que la Direction revient vers nous pour un bilan sur la mise en place du service semi-permanent en Guyane… En avril 2021, il était prévu par la direction de faire ce bilan 6 mois après… Nous y voilà donc avec presque un an de retard, heureusement que nous ne sommes plus l’Établissement qui a toujours un temps d’avance !

- Depuis le 1er août 2022, les prévisionnistes du CM973 sont enfin à 4, effectif pour un poste semi-permanent, avec auparavant une sortie d’école (08/2021), 2 CDD et un détachement de l’armée de l’air. Aucun des collègues n’a connu le rythme permanent au CM973.

- La Direction insiste sur le contexte météo, une phase La Nina active depuis 3 ans qui a fait exploser le nombre d’épisodes de vigilance et leur intensité. Elle admet toutefois que rien ne permet d’exclure que ces épisodes, exceptionnels aujourd’hui, ne se rapprochent pas de la norme à l’avenir. Pas de bol pour la Direction, la première vigilance rouge de Guyane pour fortes pluies et orages de toute l’histoire s’est produite en avril 2021, sous le régime semi-permanent. En 2022, « une 2ème vigilance FPO de niveau ROUGE aurait pu être activée le 08/03/2022 (seuils dépassés) mais en coordination avec l’EMIZ973, et grâce à de très bonnes prévisions à courte échéance, le niveau ORANGE a été maintenu ».
Souhaitons qu’il ne faille pas un drame comme en Corse pour que la Direction revoit sa copie.

Point de vue des Prévis CM973 :

- Comme on l’avait signalé à la direction, les débuts de vacation sont chargés, plus encore avec une situation météo à enjeu.
« L’implication de l’encadrement local pour la production des bulletins de suivi nocturnes en situation de vigilance orange ou rouge est appréciée, facilitant ainsi la gestion des premières heures de leur vacation. »
Concernant les nuits, toujours principe du volontariat, jamais arrivé aux 4 personnes qui sont arrivées après. Uniquement 2 fois jusqu’à présent (avril 2021, vigilance rouge). »

Nous faisons savoir que le volontariat ne saurait être une organisation. Le reconnaissant, la direction ouvre la piste des astreintes tout en reconnaissant que cela n’a pas été présenté au recrutement des agents. Une autre hypothèse concerne la prime versée pour un minimum de nuits dans l’année…

Ce qui est certain, c’est que la direction pousse vers davantage d’implication des prévisionnistes de Guyane quand leur Centre est fermé... Leurs voix ont manqué à cette réunion.

Point de vue encadrement Guyane :

On peut lire dans le document préparatoire (p.6) :
« implication plus importante qu’auparavant des 2 encadrants du CM973, notamment pour la gestion des situations météo à fort enjeu. Tous deux assurent, en situation de vigilance orange ou rouge, la production des bulletins de suivi nocturne, vers 22/23 hl et vers 05/06 hl, en concertation avec la permanence MÉTIER de la DIRAG. »

Cela contredit le fait que des permanenciers des Antilles (3 sur 4) ont suivi des épisodes et produit eux-mêmes des bulletins de vigilance sur la Guyane ; fait confirmé par nos questions…

Point de vue Permanence métier :

Nous avons l’impression que les permanenciers métier connaissent une situation inconfortable. Les formations attendues pour une fine connaissance de la météorologie, climatologie, géographie guyanaises et non un survol, n’ont pas suivi. De même, aucun permanencier ne s’est jamais rendu là-bas pour une immersion même brève. Lorsque la nuit DIRAG/PREVI joint la permanence métier, cette dernière se tourne systématiquement vers l’encadrement du CM973. De l’aveu même de la direction, cette procédure n’est pas optimale :

« Cette chaîne de décision qui mobilise jusque trois acteurs jusqu’à la diffusion du bulletin de suivi est jugée par les permanenciers trop lourde et une réflexion va être menée pour optimiser la procédure en place, en lien avec les acteurs concernés. »

Quelle réflexion ? Quelles pistes ? Quand nous posons ces questions, la Direction nous renvoie au projet DIRAG 2022...

Point de vue des prévis de DIRAG/PREVI

Lors de la veille météorologique de la Guyane durant la fermeture du CM973/Previ, les prévisionnistes de DIRAG/PREVI sont sollicités pour des prévisions alors qu’ils doivent juste en théorie signaler des dépassements de seuils… En plus de la surcharge de travail, on demande aux prévisionnistes de Martinique une prévision sur la Guyane, alors que ce n’est pas à eux d’apprécier la pertinence d’un niveau de vigilance, mais à l’encadrement local ou la permanence métier. Là encore, nous sommes priés de trouver des (non) réponses dans le projet de future organisation :

« La veille nocturne sur la Guyane est assurée de façon satisfaisante. Pour autant, l’ajout de cette mission à DIRAG/PREVI a été globalement mal acceptée par les prévisionnistes, car elle vient se rajouter à un planning déjà fourni et entre en conflit à certaines heures avec des pics de production. Une réflexion sera menée dans le cadre du projet de service DIRAG 2022 pour porter des améliorations à cette organisation. »

Point de vue de EMIZ973

La direction parle de « satisfaction globale »

« A titre expérimental, l’encadrement du CM973 a proposé à EMIZ973/D le principe d’une évaluation à chaud après chaque épisode de vigilance (exemple en annexe). Sur 11 évaluations en 2022, la note moyenne attribuée est 8,6/10 »

A noter que ces évaluations ont commencé après l’épisode mémorable de mars 2022, et sont donc toutes récentes (moins de 6 mois).

Conclusion

Dans les débats, à chaque fois que les Représentants du Personnel mettent en exergue les problèmes d’organisation ou les choses à améliorer, la Direction nous renvoie à DIRAG 2022… L’année se finit dans 3-4 mois, n’est-ce pas ambitieux de penser que tout sera résolu au 1er janvier 2023 alors qu’aucun projet n’a été présenté aux agents ? Nous dénonçons un manque de transparence puisque rien n’a été communiqué jusqu’à aujourd’hui au Personnel et à ses Représentants. Le DGA s’engage, à la place de DIRAG/D extrêmement discret lors des échanges, de fournir un calendrier et de faire preuve de « volontarisme ». Voire d’une brutalité autoritaire et expéditive ? En effet, que faut-il penser de ce concept répété « d’opération coup de poing » du DGA ? Une revoyure est prévue le 9 janvier 2023.


Pour télécharger cet article au format pdf : Enregistrer au format PDF - Partager : FB TW